Ecoles à Epinay : la réalité cachée

Ecole maternelle Victor Schœlcher, derrière la façade, la réalité cachée

Dans un article du Parisien du 4 mars, le maire d’Épinay se gausse de l’école maternelle Victor Schœlcher en cours de construction, école construite selon les normes environnementales en vigueur.

Il est fort dommage que ni la journaliste du Parisien, ni le maire de la ville n’aient précisé que cette école fait totalement disparaître le square Victor Schœlcher, espace de verdure bien rare dans ce quartier.

Il eut également été intéressant de préciser que cette école, forcément exiguë sur une assiette de terrain très réduite, ne permettra d’accueillir que 5 classes, dont 2 classes venant directement de l’école maternelle Victor Hugo, donc sans plus-value sérieuse par rapport à l’existant.

C’est de fait une école que les spinassiens vont payer 4 millions d’euros pour 3 classes, soit plus de 1 million d’euros pour 1 classe !

Et comme le maire actuel n’est jamais parvenu à établir des prévisions démographiques fiables, ce qui l’amène à chaque fois à réagir au coup par coup pour construire des écoles, on imagine aisément que cette école sera très vite pleine et donc incapable de répondre aux besoins de scolarisation des tout-petits sur ce quartier comme d’ailleurs sur l’ensemble de la ville où la scolarisation des enfants de moins de trois ans a considérablement chuté ces dernières années, faute d’une volonté municipale réelle et affirmée et malgré les demandes des parents.

Enfin, impossible de passer sous silence qu’au moment où le maire organise une nouvelle opération de communication, les équipes éducatives, les enfants, les parents de l’école maternelle Les Écondeaux, à quelques centaines de mètres de l’école Schoelcher, subissent depuis la rentrée de septembre 2015 les déboires des travaux d’une réhabilitation catastrophique dont les dizaines de malfaçons ne sont, à ce jour, toujours pas réglées, dans le silence et l’indifférence les plus totales du maire ,au mépris des conditions de travail et de sécurité des enseignants et de leurs élèves.

Et quitte à ce que des maires alentour viennent à Epinay comme s’en vante le maire de la ville dans l’article du Parisien, qu’il ait également le courage de leur faire visiter le chantier de l’école maternelle des Econdeaux ou encore le gymnase des écoles Alexandre Dumas et Anatole France sur le quartier d’Orgemont, fermé depuis plusieurs années, laissant les écoles sans équipement pour les enseignements d’éducation physique et sportive !

Photos © Africa – koya979 – Fotolia

Auteur: yt

Partagez cet article sur